Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 19:47

Article "La Tribune" du 04 Juillet 2011


Tribune 110704

 

 

Article AGEFI du 20 Juin 2011

 

TDF cherche à réaménager sa dette bancaire
Par Alexandre Garabedian


Le diffuseur demande le report de ses échéances à 2016, maturité plus compatible avec son nouveau plan de marche. Il vise une émission high yield


TDF prend les devants. Repris en LBO fin 2006 et lesté d’une dette de 4 milliards d’euros, le diffuseur vient de demander à ses créanciers un rallongement de 1 à 2 ans de la maturité de ses emprunts et un assouplissement de ses clauses contractuelles (covenants). Conseillé par BNP Paribas, Goldman Sachs et Rothschild, il veut aussi pouvoir émettre des obligations. La réponse des créanciers est attendue le 6 juillet, selon un proche du dossier, avec un taux d’acceptation fixé à 85% pour l’extension de la dette.
Le groupe compte repousser à janvier 2016 les échéances de 2,5 milliards d’euros de lignes. Sont concernés un prêt à terme de 1,1 milliard et une ligne renouvelable de 400 millions, remboursables en janvier 2014, ainsi qu’une ligne d’un milliard de maturité 2015. TDF propose de relever la marge payée à 400 points de base, dont 100 pb sous forme PIK (pay in kind, capitalisée et payable à terme). Les marges oscillent aujourd’hui entre 175 pb (pour la ligne revolving et la tranche A) et 225 pb.
Par ailleurs, la dette second-lien (junior) d’échéance juillet 2016 garderait la même maturité, mais verrait ses marges relevées de 325 pb à 575 pb, dont 150 pb sous forme PIK. L’utilisation du pay-in-kind permettra à l’emprunteur de préserver une partie de sa liquidité.
TDF propose enfin à ses créanciers une commission d’acceptation (consent fee) de 50 pb et une commission d’extension de 25 pb. Et pour mettre toutes les chances de son côté, la société revoit son périmètre: alors que son levier dépasse 7 fois l’Ebitda, elle va intégrer son unité allemande, Media Broadcast, moins endettée, ce qui fera mécaniquement baisser le ratio.
Le groupe espère ainsi gagner du temps alors que la fin de l’analogique l’a contraint à changer son modèle de développement. Détenu par TPG (42%), le FSI (24%), Axa PE (18%) et Charterhouse (14%), le diffuseur envisage en théorie une introduction en Bourse. Mais les échéances de 2014 rendent le calendrier d’une IPO incompatible avec le nouveau plan de marche du groupe. C’est aussi pour cela que TDF veut desserrer ses covenants, qu’il menace de casser. Les nouveaux devraient lui laisser une marge de manœuvre malgré tout limitée, d’environ 10%. En revanche, en cas d’accord, une émission high yield, destinée à la fois à rembourser les créanciers et à redresser la trésorerie, pourrait intervenir cette année, voire, idéalement, avant la trêve estivale.

Partager cet article

Repost 0
Salarié TDF Metz - dans Médias
commenter cet article

commentaires

Raphaël Jacquot 26/10/2011 14:14


en meme temps, c'est pas en faisant fuir les clients potentiels avec des devis idiots qu'ils vont améliorer le cash-flow de la boite...
par exemple, notre petite association etait prete a payer 300€ par an pour une paire de petites antennes wifi pour fournir de l'internet dans un village...
nous avons recu un devis a hauteur de 3500€ annuels, soit 4 fois les cotisations annuelles !


michel 20/07/2011 11:43


Quand la dette atteint de tels niveaux, il devient inutile de " grappiller" sur les frais de fonctionnements ( salaires, effectifs,organisation, etc), au risque de finir par casser l' entreprise.
J'espère que les décideurs en ont conscience, et qu' ils solliciteront des tiers ( état par exemple) pour trouver une solution.....


Le Blog des Salariés de TDF

Suite à la poursuite des destructions d'emploi à TDF, les salariés de TDF ont décidé de communiquer leurs actions, leurs exigences et toute information en leur possession.
Vous pouvez communiquer vos contributions à salaries.tdfmetz@gmail.com

Retour à la page d'accueil

Recherche

Agenda

19 Mars 2013 : Mise à mort du blog "Ca m'énerve"

Catégories